Lu – Ven: 9h00 – 15h00 0800 10 888

L’ouïe est notre sens le plus important. Elle constitue la majeure partie de notre capacité à communiquer, nous avertit des dangers et nous permet d’entendre les plus beaux sons du monde. Une perte d’audition entraîne inévitablement de nombreux problèmes. Mais que se passe-t-il exactement dans notre oreille lors d’une perte auditive ? Quelles sont les fonctions touchées ? Comment et pourquoi perd-on l’audition ? Et plus important encore : quels en sont les remèdes ?

Les premiers symptômes de la perte auditive

La perte d’audition est rarement un phénomène soudain. Les problèmes auditifs se développent de manière insidieuse sur une longue période et, dans un premier temps, passent totalement inaperçus. Bien souvent, les personnes atteintes de perte de l’audition n’ont même pas conscience de leur problème et elles parviennent facilement à compenser les inconvénients jusqu’à un stade avancé. Et même lorsqu’ils ont la sensation de ne plus entendre aussi bien qu’avant, ils attendent souvent trop longtemps avant de se rendre auprès d’un ORL ou de subir un dépistage auditif.

Il est toujours très difficile de détecter ses propres problèmes auditifs. Les questions suivantes vous aideront à déterminer si vous présentez de problèmes d’audition :
Percevez-vous distinctement les bruits ambiants de faible intensité ?

Vous êtes particulièrement sensible aux sons de faible intensité (par exemple la circulation ou le bruit des appareils électriques), mais vous percevez difficilement les propos de vos interlocuteurs ? Vous commencez peut-être à présenter des problèmes auditifs.

Le volume de votre télévision est-il trop élevé ?

Votre entourage vous fait remarquer que le volume de votre télévision est trop élevé ? Cela peut être un signe de perte auditive.

Vous devez vous concentrer énormément lors d'une conversation ?

Si vous devez vous concentrer énormément pendant une conversation pour ne pas en perdre le fil, cela peut engendrer du stress. Logique puisque vous voulez éviter toute erreur et rebondir normalement dans la conversation. 

Différentes types de pertes auditives

Entre “bien entendre” et “ne rien entendre”, il existe de nombreux niveaux de déficience auditive. Les audiciens font une distinction entre les pertes auditives légères, moyennes, sévères et profondes. La plupart des pertes auditives entrent dans les catégories légères à moyennes.
 
  • Perte auditive légère : les sons faibles sont inaudibles. La parole est difficile à comprendre dans un environnement bruyant.

  • Perte auditive moyenne : les sons faibles et moyennement forts sont inaudibles. Comprendre la parole devient très difficile en présence d’un bruit ambiant.

  • Perte auditive sévère : il faut parler très fort pour pouvoir discuter. Les conversations en groupe ne sont possibles qu’au prix de grands efforts.

  • Perte auditive profonde : certains sons très forts sont audibles, mais la communication n’est plus possible sans appareils auditifs, même au prix de grands efforts.

La surdité en chiffres

Les informations données ci-dessous reposent sur la définition donnée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). On considère ainsi un individu comme malentendant lorsqu’il présente une perte d’audition supérieure à 25 décibels (dB).    
  • On estime à 1,1 milliard le nombre de personnes dans le monde atteintes d’une perte auditive, soit environ 16 % de la population mondiale. ​Près de 1 enfant sur 1 000 souffre d’une perte auditive.
  • Près de 1 individu de plus de 60 ans sur 3 est atteint d’une perte auditive.
  • Des études démontrent qu’environ 65% des individus atteints de perte auditive souffrent de surdité légère, 30% d’une perte auditive moyenne et 5% d’une perte auditive sévère à profonde.Seul un tiers des individus atteints de perte d’audition est en âge d’être à la retraite. La majorité des personnes souffrant de ce problème sont en âge d’étudier ou de travailler.
  • Des études ont également démontré que sur cinq personnes disposant d’un appareil auditif, seul un individu utilise véritablement ce dispositif.
  • On estime qu’en moyenne, les personnes atteintes de perte d’audition attendent près de 10 ans avant de consulter un spécialiste.

Entendre, c’est comprendre

Une discussion avec un voisin de table, le bruissement des feuilles ou le bruit du trafic : nous percevons ces différents sons non seulement grâce à nos oreilles, mais aussi parce qu’elles « fonctionnent en collaboration étroite » avec notre cerveau, qui traduit la signification des mots et des signaux sonores.
Cette collaboration repose sur des impulsions sonores. Le cerveau traite le sens des propos énoncés alors même que nous préparons à formuler notre réponse ou à y apporter une réponse physique de manière totalement automatique. En d’autres termes : on entend d’abord avec notre cerveau.

Que se passe-t-il lors d’une perte auditive?

La surdité progressive résulte de l’incapacité du pavillon et du nerf auditif à transmettre certaines fréquences au cerveau, qui ne dispose dès lors pas d’informations associées telles que les consonnes graves que sont par exemple le « f », le « s », le « p » ou encore le « t ». Résultat : le message perçu est incomplet, ce qui oblige le cerveau à compenser ces vides afin d’interpréter son contenu. Ce processus requiert toutefois de plus grands efforts de la part du cerveau.
En outre, les personnes souffrant de déficience auditive se plaignent souvent d’être fatiguées. En effet, une perte d’audition fait de l’écoute attentive un exercice épuisant. Dans les cas les plus graves, les personnes souffrant de troubles de l’audition se replient sur elles-mêmes et ne participent plus aux discussions. De plus, des études confirment le lien entre la perte auditive et la démence. Les risques d’être atteint de démence sont beaucoup plus élevés chez les personnes âgées présentant une perte d’audition que chez les individus aux capacités auditives « normales ».

Comment lutter contre ce phénomène?

Les aides auditives permettent de compenser une perte de l’audition et assistent le cerveau dans son travail en tenant compte de la manière dont il traite les sons, les voix et les bruits. Cette technique distingue les voix des bruits ambiants pour permettre aux personnes
malentendantes de se concentrer plus facilement sur leur conversation. En outre, elle compense cette déficience afin que les oreilles collaborent de manière optimale, ce qui permet une orientation et audition directionnelle précises.

Surdité brusque et acouphènes

Lors d’une perte auditive soudaine, on perçoit le monde de manière tout à fait différente, comme à travers du coton. Ce phénomène nécessitant un traitement rapide est appelé
« surdité brusque ». Cette déficience est le plus souvent due à un afflux sanguin insuffisant dans l’oreille interne, généralement causé par le stress.

L’essentiel est avant tout de se détendre. Heureusement, la plupart d’entre personnes atteintes de cette déficience recouvrent l’audition au bout de quelques jours. Toutefois, un individu sur dix présente des dommages consécutifs tels que des acouphènes ou une perte d’audition.

Pourquoi entendons-nous moins bien avec l’âge?

L’ouïe est le résultat d’un processus complexe. Le bruit constitue le principal ennemi de notre capacité auditive. Après plusieurs décennies de sollicitation régulière, il est normal qu’une forme d’« usure » survienne chez les personnes d’un certain âge. Un individu développera une presbyacousie plus tôt ou plus tard en fonction de la nature de cette sollicitation.
La presbyacousie apparaît dès l’âge de 45 ans et progresse de manière constante.
Ce phénomène est dû à la dégénérescence des cellules sensorielles, qui meurent. Il affecte tout d’abord la zone des sons aigus avant de s’étendre aux autres zones. Les premiers signes se traduisent souvent par une incapacité à entendre le bruissement des feuilles ou le tic-tac d’une montre. La presbyacousie se développe de manière parfaitement insidieuse, c’est pourquoi on ne la constate souvent que tardivement.

Une question d’hérédité?

Au total, l’être humain possède plus de 30.000 gènes différents. Environ 500 d’entre eux ont une influence sur l’ouïe. Étant donné que la perte auditive héréditaire trouve son origine dans la modification de nos gènes, des scientifiques tels que Claes Möller (professeur d’audiologie à l’université d’Örebro, en Suède) recherchent les gènes responsables de ce phénomène. M. Möller a constaté qu’un gène modifié ou un gène muté se caractérise par une production insuffisante ou excédentaire de protéines.
Deux tiers des formes congénitales de surdité sont liés ce type de mutation génétique. Le tiers restant résulte d’un syndrome, p. ex. le syndrome d’Usher. Les patients qui en sont atteints présentent une combinaison de plusieurs symptômes qui limitent non seulement leur capacité auditive, mais détériorent également leur acuité visuelle.

Le gène causant le plus fréquemment des cas de surdité est appelé « Connexin 26 ». Il est responsable d’environ 20 % des limitations fonctionnelles auditives héréditaires. Pour les chercheurs, il est essentiel de déterminer quel type de gène cause telle ou telle lésion auditive. L’objectif : mettre en place des thérapies génétiques susceptibles d’aider les personnes atteintes de surdité.

Comment prévenir la perte d’audition?

Comment préserver notre ouïe le plus longtemps possible ? En stimulant notre cerveau. Un individu reste alerte plus longtemps lorsqu’il est exposé à des stimuli. C’est le même principe pour notre capacité auditive, qui nécessite pour ainsi dire un entraînement permanent
La surdité peut favoriser l’apparition d’autres pathologies telles que la démence. Pour chaque perte auditive de 10 décibels, le risque de démence augmente de plus de 20%. Lorsque le cerveau est amené à traiter moins de stimuli sensoriels, il désactive des connexions nerveuses, vieillit plus vite et perd sa capacité auditive.

Les causes de la surdité progressive

Les causes de la perte d’audition progressive sont nombreuses et trouvent leurs origines dans notre quotidien :
  • L'âge: la médecine moderne et une bonne qualité de vie contribuent à l’augmentation constante de l’espérance de vie de la population. La probabilité de développer une surdité augmente avec l’âge : entre 40 et 49 ans, cette probabilité approche 6%, grimpe pour atteindre 25% entre 50 et 59% et dépasse 50% à partir de 70 ans.

  • La vie en milieu urbain: les voitures, les signaux d’avertissement, les trains, les sites industriels et les bruits de chantier ne sont que quelques-unes des nuisances sonores que nous subissons quotidiennement dans les villes. Et nos oreilles pâtissent de cette exposition régulière à la pollution sonore : les délicates cellules ciliées de l’oreille interne disparaissent progressivement, risquant de provoquer une déficience auditive.

  • Une protection auditive insuffisante: rares sont ceux qui se munissent d’une protection auditive tant au travail que durant leurs loisirs. Cependant, une musique diffusée à un volume intense peut considérablement dépasser le seuil supportable (de l’ordre de 120 dB chez la plupart des individus), ce qui entraîne des lésions auditives.

 

Les appareils auditifs, utiles pour toutes les pertes d’audition ?

En principe, il existe trois types de perte auditive : la perte auditive de transmission (également appelée perte auditive conductive), la perte auditive de perception (ou perte neurosensorielle) et la perte auditive mixte

Perte auditive de transmission

Lors d’une perte auditive de transmission, les ondes sonores ne sont plus acheminées vers l’oreille interne ou uniquement de manière partielle.

Perte auditive de perception

La perte auditive de perception désigne quant à elle une altération de l’oreille interne ou des nerfs auditifs. Résultat : les signaux reçus ne sont parfois pas correctement transmis au cerveau.

Perte auditive mixte

Une perte auditive mixte est une combinaison des deux pertes mentionnées ci-dessus.


Dans la plupart des cas, les appareils auditifs modernes permettent de compenser ces déficiences et améliorent considérablement la capacité auditive. Il est primordial de consulter un ORL à temps. Il pourra par exemple déterminer si vos conduits auditifs sont simplement obstrués par un bouchon de cérumen. Ce type de trouble auditif se résout très vite et simplement. Nous vous recommandons de consulter un médecin en cas de lésion auditive, que les appareils auditifs parviendront plus facilement à pallier.

À partir de quand recourir aux appareils auditifs?

La plupart des bruits de notre quotidien se situent dans une gamme de fréquences de 500 à 3 000 Hertz. Cette échelle comprend aussi bien les voix que la musique ou encore la sonnerie de votre téléphone. Vous souffrez d’une légère perte d’audition lorsque votre courbe d’audibilité chute sous le seuil de 25 décibels repris dans cette gamme. Le recours aux appareils auditifs modernes est recommandé dès ce stade, car ils sont susceptibles d’améliorer considérablement votre capacité auditive.
Ce principe s’applique également aux individus dont la courbe ne passe pas sous ce seuil : les appareils auditifs sont utiles dans l’ensemble des cas de perte d’audition. Il n’y a pas que les résultats de l’audiogramme qui comptent, le ressenti subjectif de chacun est tout aussi important. Vous pourrez tester différents appareils auditifs auprès d’un audioprothésiste. Découvrez ici comment vous familiariser facilement avec votre appareil auditif.

Autres sujets

Trouvez un centre auditif près de chez vous
Nous avons besoin de votre autorisation explicite pour conserver des cookies. Cette méthode nous permet de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site internet. Si vous refusez les cookies, certaines fonctionnalités du site ne seront pas utilisables, comme l'identification, l'accès à du contenu personnalisé ou encore le changement de langue. Nous vous conseillons dès lors d'accepter les cookies.